Refroidissement climatique – la France touchée

La France subit une vague de froid sans précédent, l’effet du refroidissement climatique d’après les experts

1°C à Lille, 2°C à Nantes ou à Lyon. De la neige et du verglas dans les campagnes. Telles sont les conditions climatiques que subit la France en ce moment. Des températures dignes d’un mois de février alors que nous sommes fin avril ! Cela pourrait être les effets du refroidissement climatique selon les experts du Nouvel Organisme d’Études des Unités Départementales (NOEUD). Ce dernier étant l’organisme chargé d’étudier les phénomènes météorologique dans notre pays.

  • Un refroidissement climatique sans précédent

refroidissement climatique

Nantes le 25 avril 2016. Crédit : Sakaori

NoNews.news a contacté ces experts et leurs avis convergent pour expliquer ces températures glaciales. La France est en train de subir un refroidissement climatique sans précédent. « L’hiver 2015-2016 a été le plus froid de ces dernières années, avec plusieurs jours de gels enregistrés, alors que lors des hivers précédents, seul un jour de gel avait été constaté dans tout l’hiver ! » déclare Jacques Frost, le météorologue à la tête de NOEUD.

« Nous recommandons au gouvernement de prendre des mesures immédiates pour limiter les effets du refroidissement climatique » a poursuivi l’expert. Puis il ajoute en conclusion « Si nous faisons rien, Paris sera pris par les glaces dès 2025 ».

La carte ci-dessous illustre les prévisions du NOEUD pour ce qui est de l’Europe en 2025, soit dans moins de 10 ans, si rien n’est fait. Une grande partie de la France sera couverte de glace toute l’année. Seul le sud de la France sera épargné par une glaciation totale mais verra son territoire recouvert de glace métropolitain plus de la moitié de l’année.

glaces Europe

Étendue des glaces en Europe en 2025

On constate un déplacement des zones tempérées vers le sud de l’Europe et l’Afrique du Nord. Sur le continent européen, seul le sud de l’Espagne, le sud de la Sardaigne et de la Sicile ainsi que le sud de la Grèce auront des températures tolérables. Mais pour être sur de trouver un temps clément, il faudra se diriger vers l’Afrique du Nord. Une prévision qui inquiète d’autres experts, chargés de l’étude des mouvements de population.

Selon eux, cette prévision fait craindre le pire en terme d’exode. Dans les prochaines années, on peut imaginer des milliers d’embarcations clandestines chargées de migrant quittant l’Europe pour rejoindre l’Afrique et son eldorado climatique.

Cela fait froid dans le dos…

Enregistrer

Enregistrer

Hautins ou Hautistes, quel nom pour les habitants des Hauts-de-France ?

Hautins ou Hautistes, les habitants des Hauts-de-France appelés à se prononcer

L’annonce n’est pas passée inaperçue dans la presse cette semaine. C’est par le nom de Hauts-de-France qu’il faudra désormais appeler la nouvelle région constituée du regroupement des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie.

« C’est un choix personnel » nous aurait confirmé un proche de la présidence de la nouvelle région. Puis il poursuit « on a fait croire que des lycéens avaient murement réfléchi sur ce nom mais c’était du vent. Il avait été choisi avant même le début des élections régionales, puisque c’était au programme du futur président ».

  • La plus grosse responsabilité des habitants des Hauts-de-France depuis plusieurs années

Ce nom de Hauts-de-France n’a pourtant pas emporté l’adhésion des habitants de la nouvelle région. Les critiques ont fusé sur les réseaux sociaux pour critiquer ce choix dès qu’il fut connu.

Beauvais, Hauts-de-France

Cathédrale de Beauvais
Crédit : Parsifall

Des critiques rapidement balayées : « On s’en fiche et puis, il ne faut pas oublier qu’on a aucune action à proposer contre le chômage et la paupérisation de la région. Donc si on veut laisser une trace dans l’histoire, il faut bien qu’on décide de quelque chose » aurait ajouté le membre du conseil régional que le journaliste de NOnews.news a pu joindre.

« Mais le conseil général n’est pas resté insensible à la voix du peuple » aurait enchainé un représentant du conseil.  « Un grand référendum va être organisé afin que les habitants puissent au moins choisir leur nouveau nom, à défaut de choisir le nom de leur région ».

C’est donc entre Hautins et Hautistes que les habitants des Hauts-de-France devront se prononcer prochainement. Interrogés dans la rue par notre journaliste, ces habitants se montrent sceptiques. « Je n’en sais rien et étant au chômage, j’aurai préféré que la région investisse dans des projets porteurs pour l’emploi, comme les nouvelles technologies ou le développement durable » déclare cette jeune femme.

« Le budget de la région n’est pas illimité » nous aurait répondu le membre du conseil régional. Puis il aurait ajouté « Un tel référendum coute des millions à organiser. Il fallait choisir entre favoriser l’emploi et ce référendum. Nous avons fait le second choix, pour le bien du peuple »

Enregistrer