Évasion fiscale : François Hollande nous répond

Interview fictive exclusive de François Hollande au sujet de l’évasion fiscale

« Les pauvres c’est fait pour être très pauvres et les riches très riches ». Louis de Funès trouverait sa phrase culte du film La folie des grandeurs de 1971 on ne peut plus adaptée à l’actualité. Celle-ci voit l’ampleur de l’évasion fiscale être, une fois de plus, porté au grand jour.

Alors que le scandale Panama Papers éclabousse le monde de la finance, il devient de plus en plus évident que des sommes astronomiques s’échappent de France à destination des paradis fiscaux, dans le but d’échapper à l’impôt.

Or ces impôts en France servent à l’éducation de nos enfants, à financer notre régime de sécurité sociale que le monde nous envie, à financer les projets de transports en commun, à assurer notre défense et notre justice.

  • Évasion fiscale : 60 et 80 milliards d’euros échapperaient à la France, chaque année !

En 2012 déjà, le Sénat s’est intéressé à l’évasion fiscale et à son impact sur les finances publiques. Il était apparu que 30 à 36 milliards d’euros échappaient chaque année au fisc. De son coté le syndicat Solidaires-Finances publiques, estime entre 60 et 80 milliards d’euros les sommes qui échappent à l’administration fiscale. Soit un cinquième des recettes fiscales de la France.

Luxembourg et évasion fiscale

Luxembourg
Crédit : Pudelek

C’est dans ce cadre que le journaliste de NOnews.news aurait rencontré le président François Hollande. Ainsi il a pu lui poser les questions que tout le monde se pose sur l’évasion fiscale qui ruine notre pays.

NOnews : M. Hollande, quand allez-vous décorer de la légion d’honneur Antoine Deltour, le lanceur d’alerte qui a révélé l’affaire « LuxLeaks » mettant en évidence les pratiques des multinationales pour échapper à l’impôt ?

François Hollande : Au contraire, nous allons laisser le Luxembourg le mettre en prison comme un vulgaire criminel.

NOnews : Mais c’est incompréhensible ! Il a révélé les pratiques qui permettent aux plus riches d’éviter de payer des impôts en France. Allez-vous au moins sanctionner les grands groupes français qui pratiquent cette évasion fiscale ?

  • Le but des entreprises c’est de faire de l’argent, pas des emplois

FH : Au contraire là aussi, nous donnons l’argent du contribuable à ces entreprises pour qu’elles créent des emplois et qu’elles embauchent

NOnews : Mais elles le font pas ! Et au lieu que ces entreprises payent des impôts, c’est l’impôt des français qui paient ces entreprises !

FH : Le but des entreprises c’est de créer des emplois, non ?

NOnews : Mais pas du tout, le but des entreprises c’est de faire de l’argent. L’emploi est un moyen. Si les entreprises pouvaient faire des gains sans avoir d’employés, elles vireraient tout le monde du jour au lendemain.

FH : Oui, mais l’optimisation fiscale reste légale

NOnews : Mais pourquoi ne pas changer les lois ? Autant pour Nicolas Sarkosy, l’ami des patrons, on comprenait qu’ils préfèrent ses amis aux 60 millions de français qu’il administrait. Autant vous, socialiste, homme de gauche, vous avez les moyens de faire rentrer ces 60 à 80 milliards d’euros manquant chaque année. A titre de comparaison, le trou de la sécu est d’une dizaine de milliards d’euros chaque année.

FH : Justement, nous avons mis en place des mesures importantes pour lutter contre les assurés les plus démunis qui trichent avec la sécurité sociale !

« Les pauvres c’est fait pour être très pauvres et les riches très riches » 1971